Bolidja

TIEM

Ministre de l'Eau et de l'Hydraulique Villageoise

"L’eau, source de vie. Préservons la"

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Depuis quelques années, le Gouvernement a mobilisé des investissements financiers et humains importants et de grands progrès ont été enregistrés en matière d’accès des populations à l’eau potable en zones urbaines comme semi-urbaines et rurales. Ces réalisations et aménagements, autant nombreux que diversifiés, ont été encouragés par la volonté politique au plus haut sommet de l’État et leur impact positif sur les conditions de vie des populations ne sont plus à démontrer.
A l’horizon 2030, les ressources en eau du Togo sont connues, mobilisées, exploitées et gérées en garantissant à toute la population et pour tous usages, un accès universel, équitable, durable et à un coût abordable aux services d’eau et d’assainissement performants, dans un cadre de vie assaini, un environnement protégé contribuant au développement durable du pays : telle est la vision assignée au secteur de l’eau dans le document de politique nationale de l’eau et de l’assainissement.
En vue d’atteindre ces objectifs nobles incarnés par la vision du Chef de l’Etat, des dispositions stratégiques, techniques et institutionnelles ont été prises pour encadrer les actions du secteur de l’eau et de l’assainissement.
Au plan stratégique, la feuille de route gouvernementale, FdR 2025 fait obligation au ministère de l’eau et de l’hydraulique villageoise d’atteindre en moyenne 85 % de taux d’accès à l’eau potable au Togo, soit 95 % en milieu rural, 85 % en milieu semi urbain, 75 % en milieu urbain hors Lomé et 80% dans le Grand Lomé à l’horizon 2025.
Pour atteindre les objectifs de ces différents programmes nationaux (PND, FdR) et internationaux (ODD), une stratégie nationale de l’eau et de l’assainissement qui décline les divers axes imbriquant les besoins et les investissements nécessaires à mobiliser est en cours d’élaboration.
Sur le plan institutionnel, afin d’améliorer la gouvernance du secteur de l’eau et de l’assainissement, des réformes d’envergures ont été opérées. Ces réformes ont conduit à la création de la Société de Patrimoine Eau et Assainissement en Milieu Urbain et Semi Urbain (SP-EAU) et de la Togolaise des Eaux (TDE). Alors que la seconde (TdE) s’est vue assigné un rôle de fermier conformément à un cahier de performance bien défini, la première (SP-EAU) est chargée de la réalisation des investissements nécessaires dans les domaines de l’eau potable et de l’assainissement. Il faut aussi souligner que l’ensemble des décrets d’application de la loi portant code de l’eau sont pris et les arrêtés sont quasiment achevés.
Notre pays a aussi adhéré aux Objectifs de Développement Durable qui visent l’accès universel à l’eau potable à l’horizon 2030 et a ratifié diverses conventions internationales liées à la gestion intégrée des ressources en eau dont la dernière en date est celle des Nations Unies sur la protection et l’utilisation des cours d’eaux transfrontières et des lacs internationaux.

Grâce à la mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Eau et du Plan National de Développement (PND), ainsi que des dispositions de la loi portant Code de l’Eau, le taux de desserte en eau potable a connu une nette amélioration passant de 33% au plan national en 2005 à 60% au premier semestre 2021. Ce taux par milieu indique 69% en milieu rural, 54% en milieu semi-urbain et 64% en milieu urbain. Sur le plan de l’assainissement, le Pourcentage des ménages utilisant une latrine améliorée est passé de 31,8% en 2006 à 44,6% en 2017.
Le développement des politiques nationales et la mise en œuvre des réformes du secteur de l’eau à l’aune de la décentralisation devraient conduire davantage à une amélioration de la gestion patrimoniale et de la fourniture des services liés à cette denrée vitale.
Je me réjouis donc de ces progrès significatifs déjà engrangés au plan national. Aussi voudrais-je exprimer, au nom du Gouvernement et en mon nom propre, mes sincères remerciements à nos Partenaires Techniques et Financiers et à tous ceux qui contribuent à porter notre pays haut dans sa marche vers l’émergence.
Ce qui nécessite par conséquent, un engagement de tous les acteurs du secteur de l’eau à une meilleure coordination pour l’amélioration significative et durable des conditions d’accès à l’eau et de vie des populations.
Garantir à tous l’accès à l’eau potable et à l’assainissement est un enjeu pour le Gouvernement et un vœu cher au Président de la République Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE et le ministère de l’eau et de l’hydraulique villageoise s’attèle donc à relever le défi.
ministre

Effectuer une
recherche